Le thé Indien : toute une histoire… partie 1 : l’Assam

par

dans

L’Inde dispute à la Chine le titre de premier producteur mondial de thé.

Il existe plus de 100 000 plantations de thé employant des millions de travailleurs du thé à travers le sous-continent indien, géographiquement et ethniquement diversifié. Le thé est tellement ancré dans la culture indienne que 70 % des quelque millions de tonnes de thé produites sont consommées par la population indienne.

Le relief de l’Inde définit ses régions de culture du thé en raison des différences importantes de climat et de géographie du sous-continent. Les trois principales régions indiennes de thé sont l’Assam, le Darjeeling et le Nilgiri.

Le nord-est de l’Inde abrite à la fois la région d’Assam, située dans les jungles luxuriantes et denses au pied de l’Himalaya oriental, et la région de Darjeeling, qui se heurte à l’Himalaya tibétain et s’étend entre de hautes crêtes montagneuses et de profondes vallées montagneuses.

Le Nilgiri, en revanche, est situé dans les montagnes de la région productrice de thé la plus méridionale de l’Inde. Les montagnes de Nilgiri (Blue Hill) présentent des crêtes de haute altitude qui abritent des forêts et des jungles luxuriantes où prospèrent les théiers.

Le thé cultivé et produit en Inde varie autant que sa population et sa géographie. Chaque région productrice de thé de l’Inde offre un climat différent mais parfait pour la culture du thé, ce qui nous laisse tant de possibilités d’explorer le sous-continent à travers sa culture du thé.

Si la lecture de notre dossier en 4 parties vous donne envie de découvrir l’univers du thé, rendez-vous sur Thé de Forêt, un spécialiste du thé de luxe aux saveurs exceptionnelles.

L’histoire du thé en Inde

L’Assam est la plus grande région de culture du thé en Inde et, selon certains, dans le monde. C’est là que se trouve la variété de théier indigène de l’Inde, Camillia sinensis assamica, qui pousse à l’état sauvage.

La découverte de ce théier indigène en 1815 a été un atout considérable pour le commerce anglais dans l’Inde colonisée par les Britanniques. À l’époque, les Britanniques étaient littéralement accros au thé et dépendaient des exportations de thé de Chine pour satisfaire leur demande croissante.

Les conflits entre la Chine et l’Inde, ainsi que la concurrence maritime et commerciale avec les Hollandais, ont rendu le commerce du thé de plus en plus difficile pour les Anglais.

L’explorateur et botaniste anglais Robert Bruce aurait confirmé la découverte du théier indigène de l’Inde en 1823. Charles Bruce, le frère de Robert, a repris les recherches à la mort de son frère.

Bruce a exploré les théiers sauvages d’Assam qui poussaient dans la région et a appris que les tribus locales utilisaient le thé depuis des siècles, à la fois comme aliment et comme boisson.

Dans les années 1830, Bruce a compris comment ces plantes pouvaient être propagées et cultivées pour créer ce qui est finalement devenu une industrie du thé dominée par les Britanniques en Inde.

À la fin des années 1870, les Anglais ont inventé des machines pour accélérer le processus de production du thé en utilisant moins de main-d’œuvre. Les feuilles de thé qui, à l’origine, étaient roulées à la main, cuites lentement sur des charbons et laissées à sécher pendant des heures, étaient désormais traitées par des machines qui remplaçaient 8 000 machines capables d’effectuer le travail d’un demi-million de personnes.

En peu de temps, les Britanniques disposaient des plantations de thé et des ressources nécessaires pour faire passer la consommation de thé par habitant en Grande-Bretagne de 1 kg par an en 1820 à plus de 4 kg en 1880. Plus important encore, le thé noir indien était en passe d’éclipser le thé vert chinois en tant que thé le plus consommé au monde.

Notre dossier de 3 articles vous présentera les 3 grandes régions productrice de thés. Si la lecture de ces articles vous donne envie d’essayer des thés de grande qualité, rendez-vous sur Thés de Forêt pour découvrir des thés rares aux goûts exceptionnels.

champs de thé indien

Géographie et culture du thé dans la région d’Assam

L’Assam est une grande vallée fluviale tropicale.

Dans la partie nord de l’Assam, le fleuve Brahmapoutre, l’un des plus longs du monde, descend du Tibet vers le centre de la région et fournit l’eau qui alimente les jardins de thé des plaines fertiles. La partie sud de l’Assam est située dans une vallée qui s’appuie sur l’Himalaya. La toile de fond montagneuse maintient l’air chaud et humide dans la vallée et piège l’eau des rivières pour produire des plaines inondables qui alimentent les jardins de thé de la vallée.

Zoom sur le thé d’Assam

Le climat tropical de l’Assam, chaud et humide avec beaucoup de pluie, alimente un théier robuste, connu pour produire des plantes épaisses et luxuriantes avec des feuilles larges et abondantes. La feuille transformée qui en résulte produit un thé fort, corsé et malté.

La saison de cueillette et de production du thé d’Assam s’étend de mars à novembre. Les feuilles de thé d’Assam sont généralement récoltées deux fois au cours d’une saison ; les récoltes sont appelées « first flush » et « second flush ».

La première récolte est effectuée au début du printemps, en mars, et produit les thés les plus délicats de l’Assam. La deuxième récolte, au milieu de l’été, produit les thés « tippy », considérés comme les plus distinctifs des thés Assam. Ces feuilles plus mûres et tippy (de couleur plus cuivrée et couvertes de poils fins et délicats) infusent dans une tasse de thé crémeux, corsé et vif. L’Assam étant la plus grande région productrice de thé, elle produit entre 50 et 75 % de la production totale de thé de l’Inde.

La culture de la dégustation du thé d’Assam

La région d’Assam est principalement connue pour sa production de thé noir ; on y produit également des thés verts et blancs, mais ils ne sont pas aussi connus. Le thé noir d’Assam a une saveur forte et prononcée qui se boit seule, mais qui résiste bien au lait et au sucre. En raison de sa saveur forte et riche, l’Assam est souvent utilisé dans les mélanges de thé pour le petit-déjeuner, très appréciés des Britanniques et d’autres cultures dans le monde.

Découvrez ici la partie 2 sur le thé Darjeeling, la partie 3 sur le thé Nilgiri ou notre conclusion sur le thé Chai.